Top
285---web

Découvrir les vins de Moselle à Sierck le 12 mai

le

La Moselle viticole n’est pas qu’allemande et luxembourgeoise, elle est aussi française. La Fête des Vins de Moselle, qui aura lieu le dimanche 12 mai à Sierck-Les-Bains, sera une excellente opportunité pour apprendre à les connaître. D’autant que des vignerons luxembourgeois et allemands seront aussi de la partie, au pied du très beau château médiéval.

Car le vignoble mosellan côté français vit actuellement une période de reconstruction enthousiasmante. Songez que s’il occupait encore 323 hectares en 1898, il n’en comptait plus que 3 en 1985. Aujourd’hui, 17 vignerons -souvent jeunes- travaillent 70 hectares et la surface plantée progresse régulièrement.

Pourquoi cet abandon quasiment total de la vigne? Les raisons sont bien connues. Tout d’abord, la région a fortement souffert du phylloxéra il y a un siècle et demi. L’industrialisation et la sidérurgie, qui requéraient une énorme force de travail, ont ensuite enlevé les travailleurs de la terre vers les mines et les usines pour des emplois mieux rémunérés bien qu’harassants. Enfin, l’annexion de la région par l’Allemagne pendant la deuxième guerre mondiale avait presque fini d’achever cette viticulture apportée par les Romains au début de l’ère historique.

Plus de la moitié en bio

Désormais, le vignoble de la Moselle française retrouve une jolie dynamique. Les vignerons sont à la tête de domaines de taille réduite mais ils œuvrent avec un esprit de pionnier. Pour preuve, plus de la moitié de la surface plantée est conduite en bio. Une gageure sous nos contrées septentrionales ! Les domaines Les Béliers (Ancy-Dornot), du Stromberg (Petite-Hettange), du Mur du Cloître et Sontag (Contz-Les-Bains), Sommy (Fey) ou le Château de Vaux (Vaux) sont parmi les maisons les plus réputées. Les cépages travaillés sont les mêmes qu’au Grand-Duché : pinot noir, pinot gris, auxerrois, müller-thurgau (rivaner), pinot blanc, riesling et gamay (planté en très petite quantité au Luxembourg).

Région des Trois Frontières oblige, des vignerons luxembourgeois et allemands viendront également présenter leurs vins le 12 mai sous l’égide du Groupement européen d’intérêt économique (GEIE) Terroir Moselle. Côté grand-ducal, on pourra y rencontrer les domaines Laurent et Rita Kox, Benoît Kox (tous deux de Remich) ainsi qu’Aby Duhr (Château Pauqué, Grevenmacher). Les producteurs allemands représentés seront Schloβ Thorn (Palzem), Bernd Klein (Mehring), Leos (Zeltingen-Rachtig), Stairs n’ Roses (Kinheim-Kindel). Un voisin français des côtes de Toul, L’Arbre Viké (Domgermain) sera également sur place.

La Fêtes des Vins de Moselle se déroulera le dimanche 12 mai à Sierck-Les-Bains, de 10h à 18h. L’entrée est gratuite mais le verre de dégustation, indispensable pour tester les vins, coûte 5 euros. Le château de Sierck sera ouvert de 10h à 19h, des visites théâtralisées (14h30, 15h30 et 16h30) ainsi que des jeux et ateliers pour enfants seront proposés.

Quand les trois frontières coopèrent

Au coeur du pays des Trois Frontières au sein duquel se trouve Schengen, les vignerons se sentent certainement plus européens qu’ailleurs. La preuve : plusieurs cuvées transfrontalières ont déjà vu le jour. Notons les bulles de la Grande Cuvée du terroir mosellan, concoctée par les domaines Laurent et Rita Kox (Remich, Luxembourg), Les Béliers (Ancy, France) et la Weingut Lukashof (Trittenheim, Allemagne). Composé de riesling allemand, de pinot gris luxembourgeois et d’auxerrois français provenant de trois terroirs différents (respectivement le schiste, les marnes keupériennes et les doggers), ce vin mise sur le haut-de-gamme.

Autre initiative, cette cuvée de pinot gris proposée par L’Allemand Thomas Schmitt (domaine Schmitt-Weber, à Perl), le Luxembourgeois Henri Ruppert (domaine Henri Ruppert, à Schngen) et le Français Jean-Paul Paquet (domaine Mur du cloître, à Haute-Contz). Une initiative reconduite chaque année.

N’oublions pas non plus que l’appellation Coteaux de Schengen est la première du genre à être transfrontalière. Les raisins composant ces crus peuvent venir aussi bien de vignes luxembourgeoises, françaises ou allemandes.

 

Newsletter

Abonnez-vous à la newsletter de Vinorama !

En direct

25/04/2020

Les grands projets du domaine Claude Bentz

Le domaine Claude Bentz (Remich) vient de planter 1,5 hectares de pinot noir et de chardonnay sur le très beau…

18/04/2020

Vous reprendrez bien un peu de crème fraîche ?

Un peu de sourire, dans ce quotidien confiné, ça ne fait pas de mal ! C’est la carte que vient de…

17/04/2020

Coronavirus : Le Wine, taste, enjoy annulé

La poursuite du confinement a sonné le glas des journées portes organisées lors du week-end de la Pentecôte (du 31…

11/04/2020

« C’est beaucoup trop tôt, ce n’est pas normal »

Les premiers bourgeons sont apparus en début de semaine dans les vignes, les premières feuilles ont vite suivies. Cela ne…

9/04/2020

Coronavirus : Jobswitch à la rescousse

Le ministre de l’Agriculture et de la Viticulture Romain Schneider a annoncé jeudi que les agriculteurs et les viticulteurs peuvent…

adipiscing felis justo nec neque. felis