Top
rivaner-uncorked-2-@dr

Nouveaux concours en circuit court

le

Depuis deux ans, la confrérie Saint-Cunibert récompense les meilleurs rivaner du pays grâce à son propre concours, le Rivaner Uncorked. Cette année, ce sont les Lucilivines, club regroupant des amatrices de vins, qui a médaillé son rosé luxembourgeois préféré. Une vraie tendance.

Vinalies de Paris, Berliner Wine Trophy, Concours général agricole, Decanter, Meiniger… les grands concours sont tous de lourdes machines où des centaines de dégustateurs (la plupart du temps des professionnels) analysent des milliers de vins provenant de tous les horizons.

Cette internationalisation de la distribution de médailles a ses bons et ses mauvais aspects. D’un côté, elle permet de défricher le terrain pour le consommateur qui, devant l’immensité de l’offre, peut se sentir légitimement perdu. Mais tous les concours ne se valent pas. Certains offrent les récompenses à la pelle, générant ainsi de beaux profits puisque les producteurs payent toujours les macarons qu’ils collent sur leurs bouteilles primées.

Partant du principe que l’on n’est souvent jamais aussi bien servi que par soi-même, deux nouveaux concours 100 % luxembourgeois viennent de voir le jour. Le premier, chronologiquement, est le Rivaner Uncorked, imaginé par la Confrérie Saint-Cunibert l’année dernière. Il a pour vocation de redorer le blason du rivaner, un cépage qui a un peu injustement perdu la cote.

« Le rivaner est important pour le Luxembourg puisque, bien que les vignerons l’arrachent beaucoup, il reste de loin le cépage le plus planté », explique André Mehlen, contrôleur des vins à l’Institut viti-vinicole mais aussi pilier de la Confrérie sous le titre de Grand Drossart. Beaucoup moins valorisé que le riesling ou le pinot gris, il est pourtant loin d’être sans intérêt. « Il n’a évidemment pas la puissance et la profondeur des cépages plus nobles, mais il offre une très belle aromatique lorsqu’il est bien fait. Le rivaner est le vin de plaisir par excellence, parfait à boire en terrasse ou avec un plateau de fruits de mer », conseille-t-il.

Nous nous sommes alors dit que si les luxembourgeois étaient beaucoup moins connus, ils pouvaient aussi être très bons

Cet été, ce sont les Lucilivines qui se sont lancées. Sur le même principe d’une dégustation à l’aveugle entre ses membres réalisée dans les locaux de l’Institut viti-vinicole de Remich, l’association a décerné un macaron à ce qui est à son avis le meilleur rosé du pays. « Nous avons lancé un appel aux vignerons et nous avons reçu 18 vins », souligne Tess Burton, présidente de l’association mais aussi députée et présidente de la Commission de l’Agriculture et de la Viticulture à la Chambre.

« En début d’année, nous sommes parties en voyage d’étude en Provence où nous avons beaucoup dégusté de rosés, avance Tess Burton. Nous nous sommes alors dit que si les luxembourgeois étaient beaucoup moins connus, ils pouvaient aussi être très bons : c’est là que l’idée du concours est née. Et finalement, il est très logique que les femmes sélectionnent elles-mêmes le meilleur rosé, un cépage qu’elles apprécient souvent ! »

La démarche, tant pour la Confrérie Saint-Cunibert que pour les Lucilivines, est donc très différente de celle des grands concours internationaux. Ici, ce sont les amateurs qui jugent. Ce n’est donc pas la technique qui prime mais le plaisir de boire une jolie bouteille. Et puis, il n’est pas question d’argent puisque l’unique ambition de ces deux concours est de promouvoir le vin luxembourgeois, pas de d’engendrer de gros bénéfices. Ce qui n’est pas une mince différence.

Newsletter

Abonnez-vous à la newsletter de Vinorama !

A lire également

Articles récents

2/05/2020

Covid-19 : les vignerons au travail, mais inquiets…

Comme le reste de la population, les vignerons subissent de plein fouet les effets de la pandémie de Covid-19. Si,…

1/05/2020

Éloge du temps qui passe

On l’a souvent prise pour une terre à vins de soif, mais il est plus que temps de rétablir la…

29/04/2020

La Moselle, une vocation touristique évidente

La vallée a tout pour séduire : des paysages majestueux, une nature riche, des villages pittoresques… et la production de vin…

29/04/2020

Le Foulschette, au bonheur des pinots gris

Ce terroir de Wellenstein, dans le sud de la vallée de la Moselle, est une terre de prédilection pour les…

29/04/2020

« Travailler ensemble a toujours été facile »

Le domaine Kohll-Leuck, ancré au cœur du petit village d’Ehnen, est un parfait exemple du beau travail que mènent les…

ante. eleifend diam id leo dolor sit consequat. sem,