Top
brûlure-1-@-mélanie-maps

Coups de chaud dans les vignes

le

À la fin du mois de juillet, le mercure a atteint des hauteurs jamais atteintes depuis que l’on enregistre les températures sur la Moselle. Des conditions qui ont causé pas mal de dégâts dans les vignes. Après les gelées tardives de mai, le climat a encore fait des siennes…

En Espagne, en Italie ou dans le Languedoc, lorsque le mercure affiche 42° dans les vignes, ce n’est pas une bonne nouvelle. Et pourtant, les cépages plantés là-bas sont adaptés à des climats chauds et secs. Alors au Luxembourg, avec des variétés habituées à un climat plus tempéré, il ne fallait pas attendre de miracle… L’œnologue-conseil des vignerons indépendants, Jean Cao, qui a étudié le travail de la vigne et du vin à l’université de Montpellier, ne se faisait pas d’illusion : « même dans le Sud, la vigne ne supporte pas ces conditions, alors ici… ».

Le soleil est un ami de la vigne, qui s’accommode bien des terres ingrates et du manque d’eau. Mais sa résilience a des limites et elles ont été atteintes. « Les parcelles qui ont le plus soufferts étaient celles qui étaient le mieux orientées : plein Sud entre 16h et 18h, lorsqu’il fait le plus chaud » explique Jean-Paul Krier (domaine Krier-Bisenius, à Bech-Kleinmacher). Paradoxalement, ce sont donc les meilleurs coteaux qui ont payés le prix fort.

« Au pied des murs en terrasses ou des falaises, avec l’effet de réflexion de la chaleur, on a frôlé les 50° », a constaté Marc Desom (Caves et Domaine Desom, à Remich). Armand Schmit (domaine Schmit-Fohl, à Ahn), géographe de formation, replace l’évènement dans son contexte : « 42°, c’est énorme ! Il n’y a pas si longtemps, on ne parlait de ces températures que pour le Sahel et cela nous paraissait invivable… Maintenant, nous avons ça chez nous. »

Ce sera une année de vigneron

De mémoire de vignerons, personne n’avait jamais vu ça. Armand Schmit reprend : « j’ai dit à Ern (NDLR : Schumacher, vigneron au domaine Schumacher-Lethal, à Wormeldange, et président des vignerons indépendants), que si devions dire à nos pères décédés il y a une vingtaine d’années que nous avons perdu des raisins parce qu’il a fait 42° dans les vignes, ils nous diraient ‘’mais qu’est-ce que vous avez fait depuis que nous sommes partis ?’’.».

Dans les faits, la canicule a provoqué un dessèchement prématuré des raisins. Les baies qui ont pris les rayons de plein fouet se sont desséchées, comme des raisins secs, mais pas mûrs. Certaines grappes sont mortes, d’autres partiellement touchées. Cette configuration est délicate puisqu’il n’est pas question d’amener des raisins gâtés au pressoir, sous peine de gâcher l’ensemble de la cuve. Il faut être particulièrement attentif, notamment pour l’élaboration des vins rouges qui nécessitent une macération et un contact prolongé entre le moût et les baies. « Il faut faire au plus court pour les fermentations, des fermentations de 36 ou 48h, pas plus, confirme Jean-Marie Vesque (domaine Cep d’or, à Hëttermillen). Chez moi, il y aura moins de vin rouge cette année ».

Mais tout cela n’empêchera pas d’avoir de bons vins. « Ce sera une année de vigneron, sourit Yves Sunnen (domaine Sunnen-Hoffmann, à Remerschen), car pour avoir une belle récole, il a fallu beaucoup travailler ».

A lire également

Articles récents

4/11/2019

« Le bouchon est un objet naturel et technologique »

Ce n’est pas le tout de produire du vin effervescent, encore faut-il le boucher ce qui, pour peu que l’on…

4/11/2019

Le Wousselt, un ancêtre fringant

Lorsque vous quittez Ehnen en direction du nord, vers Wormeldange, vous longez le Wousselt. Au bas du coteau, les vignes…

4/11/2019

Nouveaux concours en circuit court

Depuis deux ans, la confrérie Saint-Cunibert récompense les meilleurs rivaner du pays grâce à son propre concours, le Rivaner Uncorked….

4/11/2019

« Dès 2008, à 23 ans, je suis seule aux commandes »

Nommée à 23 ans cheffe de la cave de Grevenmacher des Domaines Vinsmoselle, la Champenoise Charlène Muller détonne au sein…

4/11/2019

Domaine Clos des Rochers, pinot gris Grevenmacher Fels 2018

Thibaut Desfoux, sommelier du Café Bel-Air (99, val Sainte-Croix à Luxembourg). « De par son exposition, le Fels est une des…