Top
Échézeaux 1973 Henri Jayer Luxauction Stadtbredimus Luxembourg

Des vins extraordinaires aux enchères à Stadtbredimus le 31 mars

le

Henri Jayer, Yquem, Ausone, Cheval Blanc, Haut-Brion… des producteurs exceptionnels, uniquement dans des millésimes des années 1970, 1980 et 1990 pratiquement introuvables : la société Lux-Auction va mettre en vente des bouteilles hors du temps.

Étonnamment, le Grand-Duché ne possède pas de salle de ventes aux enchères historique. Et pourtant, les trésors qui dorment dans les logis doivent être nombreux… Adrien Denoyelle, fils d’un antiquaire bien installé du côté de Paris depuis quatre décennies, a attrapé le virus qui fait se pâmer devant les vieux beaux objets. Sa grande passion, ce sont les meubles créés par Le Corbusier et son cousin Jeanneret pour la ville indienne nouvelle de Chandigarh dans les années 1950. Au printemps, il a organisé une magnifique vente sur ce thème et les prix se sont envolés.

Car depuis 2016, Adrien Denoyelle et son épouse Charlotte se sont installés au Luxembourg avec un objectif clair : amener le concept des ventes aux enchères au Luxembourg. Désormais installés dans le bâtiment Concilium (6, rue Pierre-Risch), juste en face de l’écluse de Stadtbredimus, face à la Moselle, ils ont trouvé l’endroit idéal pour leur activité. Ce bâtiment moderne qui joue le paradoxe temporel en adorant l’ancien, sied parfaitement à son activité où Adrien Denoyelle peut jouer du marteau sur le tableau d’un primitif flamand comme sur une œuvre contemporaine d’une artiste en vogue.

Six bouteilles du Maître du pinot noir, Henri Jayer

Parmi ses plus beaux coups, la vente de ce tableau de Gerard Sekoto, un artiste sud-africain pour lequel deux acheteurs, l’un venant d’Afrique du Sud, l’autre de Suisse se sont battus. Estimé à 10 000 euros, la toile a été adjugée à 50 000. Autre exemple : une chambre de sanatorium réalisée par le designer Jean Prouvé pour un établissement alpin s’est envolée vers les États-Unis moyennant 32 000 euros. Lors de la même vente, une paire de chauffeuses signées Pierre Jeanneret est partie à 22 500 euros.

Souvent, les plus belles pièces partent à l’étranger puisque ces ventes sont retransmises en direct sur le site internet de l’Hôtel Drouot, à Paris (www.drouotonline.com). Les acheteurs passionnés étant avertis dès qu’un objet qui les intéresse est en vente, c’est de toute la planète que convergent les enchères en cours à Stadtbredimus.

Ce 31 mars, Adrien Denoyelle va diriger une vente dont il a longtemps rêvé. Comme un coup de pouce du destin, on lui a proposé des biens absolument exceptionnels. Parlons vins, évidemment. Parmi les lots qui seront présentés, on trouve deux bouteilles produites par celui qui est peut-être la personne la plus vénérée de tous les amateurs de grands vins : Henri Jayer. Pas moins de six bouteilles du Maître du pinot noir pourront être acquises : un Richebourg 1970 et cinq Échézeaux 1973. Des cols introuvables qui partiront à plusieurs milliers d’euros.

Notons également la vente de 9 bouteilles du mythique Château Yquem, millésimé 1990, le plus éminent des sauternes, celle de 12 Château Ausone 1980 et de 11 Château Cheval Blanc, grands parmi les grands de Saint-Émilion, et même un salmanazar (9 litres) de chassagne-montrachet 1976 de Paul Fleurot. N’oublions pas non plus les 10 Château Haut-Brion, le pessac-léognan situé en plein Bordeaux dont le propriétaire n’est autre qu’Henri de Luxembourg, cousin germain du Grand-Duc Henri, né au château de Fischbach et petit-fils de la Grande-Duchesse Charlotte !

« Je ne m’y attendais pas »

 

C’est une collection assez extraordinaire qui sera dispersée le dimanche 31 mars…

Adrien Denoyelle : Absolument, c’est inédit au Grand-Duché ! Les bouteilles proviennent d’une cave luxembourgeoise, des particuliers qui se sont acheté ces vins extraordinaires pour le plaisir de les boire. Ils n’ont jamais vu ces bouteilles comme un investissement mais comme un plaisir à partager entre eux et avec leurs amis. Aujourd’hui, ils ont pris la décision de s’en séparer parce qu’ils se sont rendu compte qu’il s’agissait d’un patrimoine qui dormait.

Toutes ces bouteilles sont donc des premières mains ?

Oui, ils aimaient ces crus, se les procuraient et ils les ont stockés dans leur cave pendant toutes ces années, une pièce fraîche à la température égale. C’est la raison pour laquelle, même aujourd’hui, il y en a souvent plusieurs d’un même producteur et d’un même millésime en vente. Ils les achetaient par caisse dont les fronts gravés de noms prestigieux décorent maintenant leur cave.

Qu’avez-vous ressenti lorsque vous avez découvert ces trésors ?

Je ne m’y attendais pas. Le couple de propriétaires m’avait appelé au départ parce que le monsieur voulait céder sa magnifique collection de juke-boxes anciens. Ce n’est qu’au cours de cette première rencontre qu’ils ont évoqué ces vins extraordinaires qu’ils pourraient peut-être avoir envie de vendre. Lorsqu’ils m’ont montré les bouteilles qui dormaient là, j’étais ébahi… Pour moi, une telle concentration de crus mythiques, c’est du jamais vu. Je peux dire sans exagérer qu’on ne trouve pratiquement jamais de telles bouteilles à acquérir. Ces flacons d’Henri Jayer, par exemple, ce sont de véritables trésors ! Et ce ne sont pas les seuls de la vente…

D’ailleurs, il n’y aura que du vin dans le catalogue…

Non, il y aura également plusieurs voitures, dont une Ferrari 458, une Ferrari 448, une Maserati décapotable des années 1960… des stylos plumes Mont-Blanc, des vases de collection (Gallé, Daum, Legras), des bronzes…

La vente aura lieu le dimanche 31 mars, à partir de 14h, à la salle des ventes du Luxembourg (Bâtiment Concilium, 6 rue Pierre-Risch à Stadtbredimus).

A lire également

Articles récents

8/06/2019

À la Pentecôte : direction la Moselle!

Dimanche 9 et lundi 10 juin, trente vignerons et un distillateur (deux si l’on compte aussi les alcools de de...

26/05/2019

Die : 21 médailles d’or au Concours des Crémants pour le Luxembourg

Le Concours des Crémants de France et du Luxembourg vient d’avoir eu lieu à Die (France), au pays de la...

16/05/2019

Jusqu’à dimanche, Expovin voit plus grand

Après deux premières éditions dans la Halle Victor-Hugo, au Limpertsberg, Expovin traverse le pont rouge pour intégrer Luxexpo-The Box, au...

10/05/2019

Gelées tardives : gros dégâts dans les vignes

Les vignerons le savent déjà : 2019 ne sera pas 2018. Si les conditions météos avaient été optimales l’année dernière, une...

10/05/2019

Découvrir les vins de Moselle à Sierck le 12 mai

La Moselle viticole n’est pas qu’allemande et luxembourgeoise, elle est aussi française. La Fête des Vins de Moselle, qui aura...